Que faire au jardin en Novembre ?


ATTENTION AU FROID !!

Le plan de votre jardin 2015/2016 : affiner votre projet.
Organiser les aménagements constructifs : bordures, allées, pergola et tonnelle, châssis, silos à compost...
Si vous laissez tout à faire pour le printemps vous serez très vite débordé, vous serez plus serein s'il ne vous reste plus à faire que semis, repiquage et plantations à compter de février mars. C'est donc le moment de réviser la tondeuse, le broyeur, les piquets, les outils, changer les manches, peindre, graisser, ranger, remplacer, installer un nouveau compost et en démarrer un autre, prévoir les pièges, installer les mangeoires, aménager ou rectifier les allées et clôtures, « repriser » les voiles anti-insectes, trier les graines , faire un bilan et commander avant le rush de début 2016,.....
Démarrer un nouveau compost en cette saison implique de lui donner assez rapidement assez de volume pour lui permettre de s'échauffer suffisamment et, ainsi les micro-organismes et vers poursuivront leur travail de décomposition.
Nettoyer les nichoirs et en confectionner de nouveaux.
Tant qu'elle est encore chaude, nourrir et couvrir la terre.
Traquer les limaces  et épandre des granulés d'orthophosphate de fer (Ferramol)
C'est le bon moment pour vous procurer un calendrier lunaire : mon préféré : « Calendrier Lunaire 2016 » de Michel GROS  (Calendrier lunaire diffusion)

Prédictions météo :

Le 11 01 2015 : température : +8°C, temps très couvert et pluvieux, vent d'ouest/nord-ouest, éclaircies par vent du nord en fin de journée.

Les caractéristiques climatiques de ce 11ième jour de 2015 nous suggèrent les caractéristiques probables de notre 11ième mois : novembre 2015 que l'on peut donc prévoir comme suit : la douceur de novembre va se poursuivre avec des pluies, vents dominants d'ouest/nord-ouest au début du mois qui passeront ensuite au nord pour amener certainement de la fraîcheur.
Même si les gelées ne pointent pas leur nez dans ces prévisions ATTENTION  AU JOUR G comme GEL : ranger, vider, purger tout ce qui peut geler.
MICROCLIMATS AU JARDIN : c'est le moment pour affiner votre connaissance des particularités climatiques de votre propre jardin : mesurez les différences de températures dans plusieurs endroits, repérez bien les zones ventées sur lesquelles vous pouvez agir en positionnant ou supprimant les écrans( haies barrières bâtiments arbres feuillages caducs persistants ...) localisez bien les endroits ensoleillés et ombragés que vous pouvez aussi moduler.

(Nous sommes toujours preneurs de trucs ou méthodes + ou – fiables en matière de prévisions météo.)
Ça sent donc toujours et encore l'été indien.

Les maladies cryptogamiques (champignons microscopiques parasites) vont cesser leur activité mais les spores vont se déposer pour une infestation vigoureuse au printemps prochain, il est donc capital de ne pas oublier les pulvérisations de décoction de prêle et de traitements à base de cuivre dès la chute des feuilles des fruitiers.
Rappelons que la prêle riche en silice mène la vie dure aux champignons parasites.

CONTAMINATION : Se débarrasser des diverses formes hivernales des insectes et champignons parasites fut pendant longtemps fait par brûlage des feuilles et autres résidus contaminés. Force est de constater que c'est totalement inefficace puisque les contaminations se répètent systématiquement saison après saison. On ne brûle jamais tout et les spores, oospores et autres œufs quasiment microscopiques et invisibles sont très facilement laissés sur le terrain, transportés par le vent,.... Il résulte de tout cela que vous pouvez sans crainte alimenter votre compost même avec les résidus contaminés, à vous de faire en sorte de BIEN CODUIRE le compost pour qu'il CHAUFFE et que de cette manière un maximum d'éléments indésirables soient détruits.         
Nous sommes toujours dans l'heure dorée du compost qui va recevoir avec délice tous les déchets de Dame Nature qui s'apprête à doucement recouvrir le sol vivant d'un masque vivifiant à base d'éléments végétaux futurs nutriments des plantes. Rien n'est à brûler tout est à composter .
Rappel : les feuilles caduques sont vertes en saison parce qu'elles contiennent de la chlorophylle tout le temps qu'elles alimentent la plante. En fin de saison, ces organes sont coupés du reste de la plante par une barrière  de liège qui les mettent hors circuit, dès lors, la chlorophylle ne se forme plus, disparaît et laisse apparaître d'autres substances aux couleurs de l'automne. Les feuilles se détachent de leur support. Pour autant les feuilles mortes n'en sont pas moins riches en matières très bénéfiques au compost.

Un des meilleurs paillis : la fougère aigle(Pteridium Aquilinum), séche de préférence, à récolter en sous-bois : avantages : réduit les risques de pourriture grise sur fraisiers, framboisiers et certaines salades, limite le lessivage des éléments nutritifs du sol, inhibe la pousse des « mauvaises » herbes, laisse un sol souple enrichi et grumeleux dès le printemps, elle n'acidifie pas les sols car elle contient au contraire une forte proportion de chaux, riche en azote potasse et phosphore, peut être, avec profit, incorporée au compost...QUI DIT MIEUX ?

Observation, vigilance, anticipation. adaptation et changements c'est tout le temps.

JARDIN D'ORNEMENT :

C'est le moment de nettoyer mares et bassins.
Diviser les rudbéckias vivaces et replanter aussitôt.
Mettre au chaud les vivaces qui craignent le froid, les rabattre, les désherber, ne pas laisser trop de débris pour éviter la pourriture pailler légèrement et couvrir de planchettes assemblées en toit.
Récolter les graines mûres des annuelles.
Bouturer sous abri les vivaces à feuillage persistant.
Ne pas tolérer les feuilles mortes sur la pelouse, elles l'étouffent.
Rajeunir les pieds de pivoines qui s'essoufflent.
Rentrer les bulbes et les tubercules sensibles au froid.
Arracher les dahlias dès les premières gelées.
Traiter au cuivre et à la prêle les rosiers très atteints par les taches noires.
Terminer les plantations de bulbes de printemps.
Faire la dernière tonte de la pelouse en position aussi haute que possible.
Stratifier des graines d'arbres : chêne, frêne, hêtre, micocoulier, aulne prunier, meurisier, cerisier, charme, érable,...
Préparer une jauge pour conserver sans dommage les arbres à racines nues qui ne peuvent pas être plantés tout de suite.
Préparer le sol pour les plantations de haies
Planter ou semer des arbustes pour les oiseaux : aubépine, cognassier du Japon, houx, noisetier, viorne, berbéris, chèvrefeuille, sureau, troène, cornouiller, rosiers botaniques...
Laisser la végétation des massifs en place pour protéger les plantes et les insectes du froid.
Commencer les plantations d'arbustes et de rosiers à racines nues..
Récolter les feuilles mortes à la tondeuse et les utiliser pour le paillage des massifs de vivaces et d'arbustes sur 10cm d'épaisseur.
Stocker les grandes feuilles coriaces pour de futures protections.
Couper encore les fleurs fanées: dahlias, rosiers...
Couper les gourmands des rosiers.
Commencer à tailler et élaguer les grands arbres qui le nécessitent.
Tailler les haies qui le nécessitent.
Tailler les plantes couvre-sol.
Broyer tous les résidus issus des tailles et les utiliser comme BRF ou au compost.
Planter des bulbes de printemps : les aulx d'ornement par exemple.
Se méfier des bulbes en solde : il ne doivent être ni flétris ni moisis ni secs, c'est à dire bien sains.
Planter des bisannuelles.
Bêcher très superficiellement (10cm) les massifs entre les touffes de vivaces.
Semer des coquelicots dans les coins les plus déshérités : levée échelonnée jusqu'en février. Cela concerne aussi le pavot de Californie (Eschscholzia), le coquelicot « Ladybird », certaines variétés de Nigelles (mulberry rose)
Faire une bonne place au lierre qui fournit chambre et couvert à un grand nombre d'hôtes utiles au jardin : coccinelles, syrphes, chrysopes....
ADMIRER : ne passez plus devant vos/les arbres sans les voir, en ce moment surtout, leurs écorces se colorent faisant mieux apparaître leur texture souvent intéressante parfois remarquable : prunus, saules, cornouillers, érables, eucalyptus, frêne, micocouliers,... vous n'aurez que l'embarras du choix...DE PLUS les appareils photos numériques nous offrent la possibilité de manipuler ces images à l'envi...Cultivez aussi votre fibre esthétique !
Transformer un ou deux arbres en têtards parce qu'ils sont devenus trop encombrants:ces nouvelles formes vont enrichir le biotope de votre jardin et seront une ressource lors des coupes quinquennales : piquets, tuteurs, bois de chauffage...
Bouturer toutes les variétés de saules...
Ne tailler les euphorbes Characias qu'après floraison, le givre est très beau sur les hampes fleuries.
Terminer la mise en place des jardinières et des potées d'hiver.
 
POTAGER :

Ramasser poireaux, radis d'automne, navets, panais, potirons et courges d'hiver, choux pommés et de Chine.
Ne pas nourrir les ravageurs et maladies en laissant les légumes non consommables dont vous ne ferez rien en terre. Arracher et au compost.
Rentrer les chicorées de Bruxelles à forcer dans le noir (endives).
Récolter la mâche feuille par feuille en préservant les bougeons de la base permet de faire plusieurs ramassages successifs.
Repiquer et protéger sous tunnel oignon blanc et laitue d'hiver.
Repriser les voiles anti-insectes peut paraître une plaisanterie mais vu leur prix il est souhaitable de les faire durer, de plus ils restent souvent le seul recours pour protéger nos cultures. Plus la saison avance moins les voiles sont utiles car les parasites ne circulent presque plus.
Semer en pleine terre : fèves « d'Aguadulce » variété résistante au froid, pois ridés. À protéger sous tunnel en cas de gel à -4/-5°C. Autres variétés de fèves : Séville à longues cosses, Violette de Sicile, A grano violetto. En zone ventée, semer en poquets et butter 2 fois au fur et  à mesure de la croissance.
Semer sous châssis ou tunnel des radis et de la salade à couper.
Planter l'ail blanc sur billon pour le drainage dans nos sols argileux, échalotes roses et grises.
Essayer 3 vivaces faciles à vivre : ail éléphant ou ail d'Orient, ail rocambole, ail des ours.
Planter en pleine terre : chou pommé, échalote, laitue.
Bêcher les sols argileux.
Débutter ( ôter les buttes) les asperges.
Protéger du gel les chicorées frisées et scaroles, les chicorées sauvages, la mâche, les laitues.
Couvrir la base des artichauts avec de la terre puis un épais paillis.
Apporter du compost sur les parcelles nues.
Pailler les poireaux pour éviter le gel du sol qui rendrait leur récolte difficile ou même impossible.
Stocker, après nettoyage, tuteurs et piquets pour éviter leur pourrissement.
Laisser roquette et coriandre grainer au sol, elles germeront au printemps.
Couvrir persil et ciboulette d'une cloche transparente pour prolonger la récolte.
Épandre un peu  de cendre : 1 à 2 poignées au m².

VERGER :

Traiter au cuivre et à la prêle tous le fruitiers dès la chute des feuilles.
Récolter les derniers fruits de l'automne.
En sol argileux, TROU de PLANTATION ou PISCINE, il faut choisir : préparer les trous de plantation en sol argileux peut, quand le sol est humide, devenir une séance de poterie, la bêche lisse les parois du trou, le fond se colmate et à la première pluie le trou se remplit d'eau. Il faut donc absolument attendre que le sol soit très ressuyé, à l'aide d'une barre à mine, bien fissurer le fond du trou, à la plantation dès que l'arbre est en place et le trou comblé, avec  une grelinette ébranler et fissurer les parois verticales, c'est le seul moyen d'éviter l'accumulation d'eau dans le trou, l'asphyxie des racines et la mort de l'arbre.
A la plantation apporter au fond du trou un engrais naturel à libération lente.
Laisser, dans le verger et au jardin en général, les plantes sauvages à fleurs atteindre le stade de la graine qui nourrira durant l'hiver la faune à plume surtout.
Passer commande d'arbres et de matériel pour arboriculture.
Préparer une jauge pour conserver sans dommage les arbres à racines nues qui ne peuvent pas être plantés tout de suite et dont le racinaire peut très vite se dessécher.
On peut garder plus longtemps les arbres en conteneurs mais il faut surtout les mettre hors gel.
UNE HAIE PEUT TOUT AUSSI BIEN ÊTRE SEMÉE elle peut aussi être gourmande en y incluant des fruitiers.
Supprimer absolument les fruits momifiés par la moniliose et les rameaux ou brindilles qu'elle a desséchés : ils sont le siège d'une multitude de spores qui propagera de nouveau le champignon à la prochaine saison.
Visiter et nettoyer les nichoirs qui sont déjà en place. En installer de nouveaux.
Installer les mangeoires pour les oiseaux.
Poser des nichoirs directement dans les fruitiers en les protégeant des chats par du grillage à larges mailles.
Ramasser les feuilles mortes et les composter.
Pulvériser un produit à base de cuivre et décoction de prêle sur les abricotiers, cerisiers, pêchers, poiriers, pommiers et pruniers pendant la chute des feuilles.
Planter les arbres et arbustes fruitiers.
Tailler les groseilliers et cassissiers.
Stratifier quelques noix pour les semer au printemps.
Ramasser les feuilles mortes des pommiers et poiriers porteuses de tavelure et les mettre au compost qui détruira ce cryptogame.
Tailler les framboisiers, trancher à la bêche ceux qui s'écartent trop du rang, on peut les transplanter tout de suite.
Planter une jeune branche d'osier dans un endroit humide, il prendra racine et fournira des liens naturels pour plein d'usages au jardin.
Planter une treille.
Commencer la taille sur les arbres les plus faibles.
Vérifier les liens qui deviennent très souvent des étrangleurs, remplacez-les par des liens souples sans serrer.
Préparer votre stratégie de lutte anti-parasites et ravageurs.
Désherber soigneusement le collet des arbres.
Découvrir la nouvelle variété (anglaise) de pommier nain : « Rosette »(résiste aux maladies, belle floraison d'avril, petites pommes à robe et chair rouge, parfum de framboise, bonne conservation, qui dit mieux?)
Entretenir les outils, plus spécialement le sécateur : à démonter, nettoyer à l'eau savonneuse pour le débarrasser des sèves, tanins et autres résidus desséchés, compléter par un passage à l'alcool à brûler.
ATTENTION ! Les parties tranchantes ne doivent être affûtées que sur le côté en biseau et surtout pas sur la face plate qui doit impérativement coulisser en étroit contact contre la contre-lame. Si ce détail n'est pas respecté le sécateur sera hors d'usage. Graisser les mécanismes et ressorts.



Copyright © JAAL. Tous droits réservés.JAAL - 12 place St Pierre - 31810 VenerqueEcrire au webmaster  - Dernière mise à jour : lundi 9 janvier 2017